Archives du mot-clé flash fiction

La préparation du NaNo est vraiment trop difficile

 Mlle Louise  a écrit un post à propos de sa préparation du NaNoWriMo et c’est vraiment très drôle.
J’ai également écrit ce texte en réponse au prompt du Daily Post Daily Ritual.

Septembre, un jour de semaine, 22h00.

On est vraiment au mois de septembre ? Argh. Le temps passe trop vite. il faut que j’insère la préparation du NaNo dans mon emploi du temps. C’est de la plus haute importance.

Mon flot de pensée est rudement interrompue par l’étiquette de mon pantalon qui me démange. C’est typique, cette distraction insidieuse pendant ma session d’écriture. L’étiquette est là,  calme, et dès que j’arrive à me concentrer, bam, ça gratte.

J’ai vraiment de besoin d’une paire de pantalons de pyjama confortables. Et jolis aussi. Je ne peux pas être moche pour un rendezvous avec mon clavier.

Je clique sur Chrome et avant que je ne m’en rende compte, cinq onglets son ouverts, tous sur un marchand en ligne différent/ la décision est vraiment difficile.

Est-ce que je veux un pyjama imprimé avec des petites étoiles ou est-ce que je veux des petits bateaux ?

Je n’arrive pas à me décider. Et, de toute façon c’est l’heure de développer le plan et l’intrique de mon roman. Ma main s’apprête à attraper ma magic mouse lorsqu’une petite brise souffle sur mes pieds nus.

Des chaussettes ! Je ne serai pas capable de passer tout le mois de novembre sans une paire de paires acceptables de chaussettes. Cinq onglets de plus dans mon navigateur. Je coupe mon écran en deux pour comparer mes options de chaussettes. Pantalons à carreaux roses et chaussette bleu clair des mers iront très bien ensemble. Je me sens comme une poule de luxe, assise en face de mon clavier. Heureuse aussi d’avoir résolu le problème. Ecrire engoncée dans ses habits n’est pas une option.

Je jette un coup d’oeil à l’horloge dans le coin supérieur gauche de mon écran.

 

23.00

Mince, la préparation du NaNo est vraiment trop difficile et je n’ai même pas ouvert un document Word.

Concentre-toi.

Concentre-toi sur la préparation du NaNo. J’ai besoin que mon NaNo équipement soit au top. C’est mon rituel du mois de novembre. Je mets mon pyjama, mes chaussettes chaudes, je prépare une tasse de thé et m’assois finalement à mon bureau.

Sur mon bureau, est-ce que tout est prêt ?

Siège confortable ? Ok.

Clavier adapté aux poignets de utilisateurs ? Ok.

Lampe de bureau . Bloc notes ? Stylo à encre en gel bleue ? Ok, Ok et Ok.

23.30

Word est finalement ouvert sur mon ordinateur. Je ferme les yeux, prends une inspiration et sens les mots couler dans mon esprit et….

Maman, j’veux plus au lit.

 

Alors, je prends mon enfant dans les bras, la remet dans son lit et je ne peux résister à l’appel du mien lorsque je passe devant ma chambre.

NaNo prep is really too hard

Yesterday, Mlle Louise posted wrote a post about how she prepares for NaNoWriMo. It was really funny.
I wrote an answer for today’s prompt on the Daily Post : Daily Ritual.

September.Week day. 10pm.

Is it already September? Argh times does fly by. I need to insert NaNo prep time in my schedule. Utmost importance.

My trail of thought is very rudely interrupted by my pants label scratch. This is the typical insidious disturbance during my writing session. It’s there, quiet and insidious and when I’m finally focused, bam, it scratches.

I definitely need a pair of comfy pyjama pants. Soft, maybe a cotton fabric. And cute too, I can’t look bad for my date with my keyboard.

I click on Chrome and before I realize it, five tabs are open, all on a different online store. The decision’s really tough.

Do I want a little stars print on my pyjamas or do I want tiny boats?

I cannot decide, now time to go back to plotting and outlining. My hand reaches my magic mouse, a small breeze blows on my bare feet.

Socks ! I won’t be able to make it through november without a couple of proper pairs of socks.
Five more tabs pop in my browser. I split my screen and compare pyjamas and socks option. Pink checker board pants and light sea blue socks will be wonderful. I’ll feel like a million bucks sitting at my desk. Happy, I fixed the apparel problem. Writing while being constricted in clothes is not an option. I snap a look at the clock in the upper corner of my computer screen.

11pm.

Damn, NaNo prep’s so hard and time consuming I haven’t even opened a word file yet.

Focus.

Focus on NaNo prep. I need my NaNo gear to be perfect. That’s my ritual. Every night during November. I put my pyjamas, my warm socks, prepare a cup of tea and finally sit at my desk.

On my desk, is everything ready ?

Comfortable chair ? Check.

Handwrist friendly keyboard ? Check

Desk lamp ? Notepad, blue gel ink Pilot pen ? Check, check and check

11.30pm

Word is finally open on my computer, I close my eyes, breathe in, feel the words pouring in my mind and….

Mommy, me don’t wanna bed no more

And I take my kid in my arms, put her back in bed and cannot resist my own bed calling as I walk past my bedroom.

Destination Gianni (august 20 th)

Une fois n’est pas coutume, je publie la suite d’une histoire commencée la veille.

1er épisode : Maintenant ou jamais

Bonne lecture 🙂

 

Chloé traversait les boulevards sans faire attention aux passants qui la dévisageaient. Bottes de pluie, pantalon de travail et casquette de l’armée américaine tranchaient avec les chaussures de luxe, les chauffeurs de limousines et les caniches toilettés comme des barbies.

Dans le RER, elle gardait les mains sur son sac, les yeux sur le bout de ses chaussures. Elle sentit une main frôler son coude. Un coup d’oeil criminel dissuada le malotrus.

Puis, soudain, le choc, le chaos, la voltige. Le train déraillait en gare.

A son réveil, Chloé vit Gianni à son chevet. Comment s’était-il échappé du manoir familial ?

This post is an answer to today’s Dailypost prompt  : West End Girls.

This story is a part of my summer writing challenge : writing a 100 word story everyday, the 41 th installment.

You can read all the details of my challenge and my reasons for doing it (and not CampNaNoWriMo) here.

I hope you will like today’s story and please do not hesitate to leave a comment.

Maintenant ou jamais (august 19 th)

Une histoire en français inspirée par My Mad Fat Diary, une série que m’a fait connaître Charlotte Bousquet via son compte Facebook.

Chloe regarde la porte de son appartement, passage vers d’infinies possiblités, fil du rasoir entre la zone de confort et l’océan d’emmerdes supplémentaires qui peuvent vous tomber dessus. Son front dans les mains, elle fait la liste de ses symptômes :

– estomac : gronde autant qu’un torrent,
– gorge : aussi fermée que l’esprit de sa mère,
– bouche : sèche comme le Sahara.

Et son coeur bat trop fort. Plus elle s’approche de la porte, plus il essaie d’éclater sa poitrine. Elle lève enfin la tete. Au mur, une photo de sa maison de rêve.

C’est maintenant ou jamais.

Au diable les emmerdes.

Elle sort.

This post is an answer to today’s Dailypost prompt  : Nothing but a good time.

This story is a part of my summer writing challenge : writing a 100 word story everyday, the 40 th installment.

dancingKirkThat qualifies for dancing Kirk 🙂

You can read all the details of my challenge and my reasons for doing it (and not CampNaNoWriMo) here.

I hope you will like today’s story and please do not hesitate to leave a comment.

Oh, thank God it’s not herpes ! (august 18 th)

Remember when I told you yesterday I wasn’t feeling well ?

That’s the reason.

 

How am I supposed
To fight against a bloody bug
Smaller than a pill, a med
Sparkling in water in a mug ?

Felt fragile, lost and helpless;
Done a pee sample analysis:
Your name’s gastroenteritis.
Oh, thank God it’s not herpes !

Messing with my tummy,
Trying to make me a disaster ?
Know what ? I only run faster.
You won’t get the best of me

For I’ve got an army ready
To kick you out of my body.
Fluids, homeopathy first hand,
Then Amox’s my best friend.

Ha, didn’t see that one coming ?
Wait, it’s only the beginning.
Prepare to die, my illness,
For I’m tired of sickness.

 

This post is an answer to today’s Dailypost prompt  : Helpless and an answer to today’s assignment on the Blogging 101 current session.

This poem is a part of my summer writing challenge : writing a 100 word story everyday, the 39 th installment.

You can read all the details of my challenge and my reasons for doing it (and not CampNaNoWriMo) here.

I hope you will like today’s story and please do not hesitate to leave a comment.

Only words from me to you (august 17 th)

First time on the blog ?
It’s cool, there’s no Balrog
Inside the categories and pages
You can stay here for ages.

Everyone is welcome here
Whether you write or not
Whether you read or not.
You can even have a beer.

Here’s what my muse
Made me write to amuse
You, your family, your friends.
Poems, short stories by tens;

And boost your wordcount
On your Nanowrimo account
In November. In July or August
Camp is also a must.

Articles in French or English,
But sorry, no cat, dog or fish
In here to welcome you,
Only words from me to you.

This post is an answer to today’s Dailypost prompt  : Community service and an answer to today’s assignment on the Blogging 101 current session.

Mlle Louise helped me finish this poem because I wasn’t feeling very well tonight. So a zillion thanks, again.

This poem is a part of my summer writing challenge : writing a 100 word story everyday, the 38 th installment.

You can read all the details of my challenge and my reasons for doing it (and not CampNaNoWriMo) here.

I hope you will like today’s story and please do not hesitate to leave a comment.

Cuisson minute (august 16 th)

 

Une autre histoire en français pour un prompt qui m’a donné du fil à retordre. Lorsque le sujet ennuie vraiment ma muse, je retourne vers ma langue naturelle pour solliciter certains réflexes narratifs.

 

Dans une cuisine minuscule, Olivia s’agitait à minuit devant sa batterie de casseroles. Elles chantaient sur le piano de cuisson un air qui annonçait une bolognese maison. La sueur perlait sur son front, le revers de manche la recueillait prestement. L’enjeu était énorme, les battements du coeur rapides et son niveau d’adrénaline chatouillait son zénith. Si les pâtes n’arrivaient pas à temps, Cornelius entrerait dans une rage telle qu’il ne resterait rien du restaurant, du quartier, voire d’une bonne partie de la capitale. Une explosion de rage, littéralement.“Je le fais pour mon pays” se répétait-elle, “pas pour ce tyran”.

 

This post is an answer to today’s Dailypost prompt  : I Pledge Allegiance.

This story is a part of my summer writing challenge : writing a 100 word story everyday, the 37 th installment.

You can read all the details of my challenge and my reasons for doing it (and not CampNaNoWriMo) here.

I hope you will like today’s story and please do not hesitate to leave a comment.

Writer of tomorrow (July 25th)

Peonies were her favorite flowers. She always wanted some near her desk, they helped her imagination. On difficult days, she scrutinized them, tried to print them in her memory, and then went to bed. Her dreams would be marvelous and she’d finally have something to write. But her memory always failed her in the morning. Fog stuck in her brain, blood pounding in her temples, she’d crave for sugar, prepare breakfast, place it on a tray. Her eyes would linger on her notepad has she walk by her desk. She’d head to the couch, watch TV and forget to write.

 

This post is an answer to today’s writing prompt on the Dailypost blog : Shoulda, Woulda, Coulda.

This story is a part of my summer writing challenge : writing a 100 word story everyday, the 17th installment. It is a reference to what Chris Baty wrote in his book No Plot No Problem. 

You can read all the details of my challenge and my reasons for doing it (and not CampNaNoWriMo) here.

I hope you will like today’s story and please do not hesitate to leave a comment.

Libérée, délivrée (July 24th)

Casey rentra bouleversée, s’enferma dans sa chambre et pleura bruyamment.

Sabina connaissait le scénario.

Casey prendrait une douche, camperait dans son mutisme, se gaverait de M&M’s tout en écoutant Una Storia Importante d’Eros Ramazzotti.
Cette fois pourtant, la fin de l’histoire serait heureuse décida Sabina. Elle entra dans la chambre de sa colocataire, se glissa sous les draps à ses côtés et la prit dans ses bras. Deux heures passèrent, silencieuses.

– Merci

– De rien. Je t’écoute. Il ne faudrait pas que ta peine se transforme en monstre. Après, on ne s’en débarasse pas. Parle. Moi, j’aurais du le faire.

This post is an answer to today’s writing prompt on the Dailypost blog : Well, I never….

This story is a part of my summer writing challenge : writing a 100 word story everyday, the 16th installment.

You can read all the details of my challenge and my reasons for doing it (and not CampNaNoWriMo) here.

I hope you will like today’s story and please do not hesitate to leave a comment.

Je suis sortie de ma zone de confort, j’ai inventée une fanfic Lulu Vroumette pour ma fille.

Hier soir, la petite avait du mal à dormir. Elle m’a réclamée plusieurs fois et a même fini par sortir de son lit. Je lui ai proposé de lui lire un de ses livres mais elle a refusée. Elle voulait que je lui raconte une histoire « toute neuve ».

Je passe le plus clair de mon temps libre à écrire de la fiction, alors cela aurait du être facile.

Mais non.

Lorsque j’écris, je planifie. Beaucoup. Mais là, je n’avais pas le choix. Je devais me lancer dans la minute, sans réfléchir. Sans réfléchir. L’horreur. Si je ne sortais pas de ma zone de confort, je m’exposais à l’une des crises monumentales dont sont familiers les petits de deux ans. n’importe qui est passé par là une fois que ce soit à la maison, dans les transports ou dans un lieu public comprendra.

Alors je me suis lancée. Pour la facilité, j’ai choisi un personnage qu’elle connait, Lulu Vroumette (petite tortue sprinteuse crée par Daniel Picouly).

Une fois que j’ai réussi à calmer la petite et à la recoucher, j’ai décidé de retranscrire la fan fic que je venais de créer en live.

Si cela vous intéresse, elle est disponible ici :

http://archiveofourown.org/works/4160592

Ce que je retire de cette expérience :

Tout d’abord le soulagement d’avoir pu passer une bonne nuit. Croyez moi, ça vaut de l’or.

Ensuite, la satisfaction de voir que le travaille régulier paie, notamment sur la structure des histoires.

Enfin, j’ai réussi à ne tuer aucun personnage, malgré mes réflexes narratifs.