Archives du mot-clé ecrire

Nanowrimo, a short presentation

What is it about ?
NaNoWriMo is a writing challenge happening in november. Participants will try to write 50 000 words in 30 days, which means an average of 1667 words per day.

To reach your daily word count, you need to turn your inner editor off, forget the backspace key and avoir correcting what you write. This way, your writing flaws more easily and becomes more creative.

The first goal of this challenge is to obtain the first draft of a manuscript at the end of the month. You have no obligation to publish or submit your text to anybody.


You’ll only do a copy and paste at the end of november pour validate your victory. The pasted text will immediately be deleted by NaNoWriMo’s computer. You keep all the rights on your manuscript.

Why do it ?

  • Because it’s a crazy challenge, a unique opportunity to do something out of your daily routine and challenge yourself, get out of your comfort zone.
  • Because you won’t be alone. NaNoWriMo has a great community that will help youreach your daily wordcount via real and online meetings and writing sprints.

writein

  • Because all forms of writing projects are welcome under the NaNoWriMo tent (phd dissertations, scripts, short stories collection, novel, manuscript rewriting, aso.).
  • Because, at the end of the month, whether you’ve reach the 50 k target or not, you’ll have a draft you’ll be able to revise

Want to learn more about NaNoWriMo ?

 Nanowrimo‘s website

Vidéo of Chris Baty, NaNoWriMo’s creator

————————————

This post is an answer to today’s assignment in writing 101. I used several messages exchanged with Jessmcombs and Thistles and Whistles .

Nanowrimo, une courte introduction

Qu’est-ce que c’est ?

Le NaNoWriMo est un défi d’écriture qui se déroule au cours du mois de novembre.
Il faut écrire au moins 50 000 mots en 30 jours, soit une moyenne de 1667 mots par jour.


Pour atteindre votre quota quotidien, il faut vous lâcher et faire taire votre critique interne, ne rien effacer de ce que vous écrivez et éviter de corriger. De cette manière votre écriture devient plus fluide et plus créative.


Le  but de ce défi est d’avoir le premier jet d’un manuscrit à la fin du mois. Il n’y a aucune obligation de le publier ou se soumettre son texte à qui que ce soit.


Vous ne ferez qu’un copier/coller à la fin du mois pour valider votre résultat. Le texte collé sera ensuite immédiatement effacé par l’ordinateur du NaNo.
Vous restez entièrement propriétaire de votre manuscrit.

 

Pourquoi le faire ?

 

  • Parce que c’est un défi un peu fou, une opportunité de faire quelque chose qui sort de l’ordinaire une fois dans l’année, une manière de repousser vos limites. 
  • writeinParce que vous ne serez pas seul(e). Les participants du NaNoWriMo forment une communauté qui s’entraide à travers des rencontres régulières, en personne ou en ligne : des sprints et des rencontres d’écriture sont organisés pour vous motiver et vous permettre d’atteindre votre quota quotidien, de sortir de votre zone de confort.
  • Parce que toutes les formes de projets sont accueillies dans le cadre de ce défi (thèse, mémoires, scénarios, recueil de nouvelles, projet de réécriture de manuscrit, etc.).
  • Parce qu’à la fin du mois, que vous ayez franchi la barre des 50 000 mots ou pas, vous aurez une base que vous pourrez retravailler.

 

Pour aller plus loin :

Le site du nanowrimo

Vidéo de Chris Baty, le fondateur du NaNoWriMo

 

————————————

Ce poste est une réponse  à la tâche du jour de Writing 101 : s’inspirer d’un de ses commentaires.

Pour ce poste, je me suis inspirées de plusieurs messages échangés avec Jessmcombs et Thistles and Whistles dans le forum de writing 101.

 

Writing 101 : Où et comment j’écris

J’écris tous les jours, de préférence le soir lorsque la maison est calme. Je m’assois à mon bureau, m’assure d’avoir un boisson à portée de main, j’ouvre mon éditeur de texte et je me lance.
Lorsque je voyage, je me repose sur mon petit portable tout fatigué et mes écouteurs. Je peux écrire à peu près partout de cette manière.

Je trouve les idées pour mes articles dans les cours de la Blogging university, les prompts du Daily Post et les challenges des autres blogs. Je me sers également des réseaux sociaux mais ils ne sont pas ma principale source d’insporation.

A propos d’idées d’articles, à propos de quoi vous souhaiteriez que j’écrive ?

Réponse 1 : Des trucs et astuces pour le NaNoWrimo
Réponse 2 : Des articles sur la technique d’écriture
Réponse 3 : J’aime les histoires, ton défi de flash fiction me manque

Other : autre

Vaincre la page blanche : j’ai essayé la fanfiction

Le contexte

Je galère avec mon NaNo 2014, je galère dans la phase de réécriture. Quelque chose que je n’arrive pas à identifier me bloque. Alors, au lieu de rester sans écrire, j’ai donc, sur les conseils de mlle Louise, décidé de me lancer dans l’écriture de la fanfiction.

J’avoue que je n’avais aucune opinion établie jusque là. J’ai bien sûr entendu et lu des opinions très négatives à ce sujet, des vertes et des pas mûres et je me ne remets toujours pas de ce texte sur Justin Bieber. Cependant, Sherlock et House MD ne sont-elles pas elles-mêmes des fanfictions ?

 

Donc, je me suis lancée

J’ai jeté mon dévolu sur l’univers de Veronica Mars, que je connais bien et que j’apprécie particulièrement. J’écris en anglais avec des scènes courtes pour respecter le format original de la série.

Au premier abord, l’exercice n’est pas aisé mais il s’avère rapidement libérateur.

 

En effet, mettre en scène des personnages qui ne sont pas les miens n’est pas une chose facile pour moi. Mais mettre en scène des personnages que je connais déjà très bien et qui se sont pas les miens recèle un potentiel d’amusement sans frais inégalable à mes yeux.

 

 

La fan fiction présente beaucoup d’avantages pour un auteur en panne d’inspiration :

 

  • moins de travail de conception

Le travail de conception d’un univers peut être complétement paralysant pour certaines personnes. Elles peuvent aussi se perdre dans les détails de la conception et oublier l’objectif premier, celui d’écrire une histoire. Dans le cadre de la fan fiction, le ou les auteurs de l’oeuvre originale ont déja rendu leur copie. L’univers, ses règles, ses institutions, sa gouvernance, ses méchants, ses gentils, tout existe déjà. Et puisque vous envisagez d’écrire dans un domaine particulier (un fandom) tous ces détails vous sont déjà familiers. Il ne vous reste plus qu’à écrire votre histoire. Oui, c’est à la fois effrayant et excitant, mais ce sont des effets bien connus de l’écriture en général.

 

  • moins de pression, plus de plaisir

Ce point est peut être le plus personnel de tous. Lorsque j’écris, j’essaie toujours de présenter mes personnages de la meilleure façon possible. Leur existence ne dépend que de moi. Lorsqu’un auteur écrit de la fanfiction, il travaille avec un ou plusieurs personnages qui bénéficient déjà de leur propre existence et dont la survie ne dépend pas entièrement de ce que va écrire le dit auteur. Une bonne dose de pression est ôtée des épaules, c’est un peu comme jouer aux Sims par écrit, cela permet de retrouver un peu de fun.

 

  • un moyen de continuer d’écrire lorsque la machine est grippée sur les fictions originales

Parfois, le meilleur moyen de retrouver de la motivation pour travailler sur un projet est tout simplement de travailler sur un autre et de réouvrir le robinet de l’imagination puis celui de l’écriture. le conseil n’est pas original mais considérer la fan-fiction comme un moyen de stimuler sa créativité générale peut tout à fait l’être. Ce qui compte avant tout, c’est d’écrire.

 

  • un moyen d’affûter ses outils littéraires.

Délivré de la responsabilité de créer un univers de  A à Z, il est plus facile de se concentrer sur sa technique de dialogue, sur les descriptions, sur le rythme, le thème… De mon côté, je travaille les descriptions et les dialogues dynamiques (décrire les mouvements et l’attitude des personnages pendant leurs échanges).

 

Le résultat de mes premières tribulations dans le monde de la fan fiction est intitulé Double Target. Il a été relu et commenté par Mlle Louise (lien). Je l’ai posté sur le site communautaire Archive of our Own le 3 février, il a été lu 464 fois depuis et a reçu 17 kudos.

Je l’ai ensuite affiné suite au commentaire d’un des lecteurs.