On a même cité Dirty Dancing

Mon mari et moi avons déménagé en avril. Comme beaucoup, nous voulions une vie meilleure, un environnement dans lequel notre fille pourrait grandir sans les tumultes de la ville et les problèmes de transport en commun.

Lorsqu’on a offert un job bien payé à mon mari dans la ville où j’ai grandi, nous n’avons pas hésité une seconde, nous avons pris enfant et chat sous le bras et avons roulé vers le sud.

Nous étions aux anges à propos de ce déménagement parce la vie serait plus douce. Nous avons trouvé un logement plus grand pour un peu plus de la moitié du loyer que nous payions en avant, à seulement 2 heures de route de la montagne.

Mon mari n’étant qu’à 15 minutes à pied de son travail, nous pouvons finalement avoir une véritable vie de famille.

Depuis, nous avons passé une grande partie de notre temps libre à nous balader dans cette ville aux deux fleuves, laissé notre fille découvrir sa nouvelle « maison », se faire de nouveaux amis, voir plus souvent ses grands-parents et apprendre à dire gâteau au chocolat et mozzarella.

Plus je parcours les rues, plus je me rends compte que ma ville a bien changé et qu’elle ne m’est plus familière. Les amis ont déménagé, les lignes de bus et de métro se sont étendues et ont changé de nom, mes endroits favoris ont changé. Un nouveau quartier est même sorti de terre pendant mon absence.

En fait, j’adore ça.

Ce qui aurait pu être perçu comme un retour au bercail après avoir essayé de faire carrière dans la capitale se transforme en une avancée dans une ville moderne et excitante que je dois découvrir.

Toutefois, il me manquait ne chose : rencontrer des amis de la communauté des auteurs, des personnes qui comprendraient mon obsession des mots et ne me prendraient pas pour une folle si je me demande à voix haute ce qui est le plus efficace pour lancer une épidémie : un virus ou une bactérie.
J’ai rencontré mercredi soir les participants locaux du NaNoWriMo autour d’un verre en ville.

feelsgood

Bon sang ce que ça m’a fait du bien.

 

 

 

Je n’avais pas pu discuter  avec un autre auteur depuis le déménagement. Je parle tous les jours avec des auteurs, des écrivains, des blogueurs à travers le monde mais rien en remplace le partage autour d’une passion commune et d’un cocktail.

Les gens que j’ai rencontrés sont absolument charmants,très accueillants et se sont montrés curieux de me connaître, tous aussi beaux dans la diversité de leurs intérêts et de leur pratique de l’écriture, Nous avons commencer la soirée en buvant des cocktails près de la mairie et fini devant des pizza et des kebabs jusqu’à minuit.

Nous avons même cité quelques répliques de Dirty Dancing.

Notre conversation passionnée a rendu la séparation difficile mais nous nous sommes quittés en sachant qu’on se reverrait pendant les soirées et les write-ins du NaNoWriMo.

Lorsque je suis rentrée, je me suis dit qu’il était peut être temps de m’approprier cette nouvelle ville et de ranger mes livres dans la bibliothèque du salon.

 

Cet article a été écrit en réponse à l’article de Robyn Stomp Writer’s Block sur le blog du DailyPost .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s