Bilan à presque mi-parcours de mon défi d’écriture (summer challenge)

Depuis 24 jours, je publie une histoire de 100 mots de long tous les soirs. Il s’agit d’un texte original, répondant le plus souvent au prompt du Dailypost de WordPress.  Je continuerai à le faire jusqu’à la fin du mois de d’août. C’est un défi que je me suis lancé et que je compte bien relever jusqu’à la fin.

Pourquoi un tel défi ?

Ecrire tout l’été et faire en sorte de m’y tenir. Tous les jours.

En ce qui me concerne, l’obligation de publication quotidienne est une motivation suffisante. Malgré mes sueurs froides et mes moments de panique, ce qui me tient, ce sont les lecteurs et toutes les personnes qui me soutiennent depuis le début de cette aventure. Je ne peux pas les laisser tomber, ni me laisser tomber moi-même d’ailleurs.

Ce qui pimente les choses, ce sont les pérégrinations, les vacances en famille, les changements de lieux et de couverture réseaux.

Ça se passe bien ?

Depuis mon départ en vacances, les choses se déroulent plutôt bien mais j’ai dû apprendre à  faire des choix, des concessions, à ne pas courir toutes les opportunités afin de dégager du temps pour écrire. Cette année, je n’ai pas fréquenté le bar de la plage et je n’ai pas assisté aux festivals musicaux. J’ai écrit.

Je fais face à la curiosité polie de ma famille qui n’ose pas me poser de questions. Je sens sur moi les regards curieux lorsque je prends mon ordinateur sous le bras pour travailler dehors. En effet, je suis actuellement dans une région reculée où l’internet n’est pas encore arrivé. Je me sers de mon téléphone comme modem.

Chaque jour est une remise en cause, un tour de force, une poursuite acharnée de l’inspiration, un saut du haut d’une falaise. Rares sont les moments où je suis satisfaite de ce que j’ai écrit et, quelquefois, je n’aime pas du tout mon texte. Mais à cause du défi, je publie. C’est une obligation, cela fait part de l’aventure. Cela me force à oublier mon critique interne, à ne plus lui donner autant de pouvoir. Le miracle se produit parfois. Quelques lecteurs aiment mes vilains petits canards.

Bien sûr, les moments de panique sont réguliers et mes amis d’internet et du NaNoWriMo ont eu l’occasion de m’aider à retrouver le chemin de l’inspiration. Je n’en serai pas là sans eux.

Je me suis adaptée à la nature internationale de mon lectorat. Je publie alternativement en anglais et en français afin que tous puissent suivre mes publications. J’illustre aussi mon aventure avec quelques photos. Je me suis aperçue qu’elles invitent sur mon blog des personnes qui ne seraient pas venues lire mes articles ou mes textes.

Je me suis inscrite au programme 101 de WordPress dans l’espoir d’améliorer mon blog et de dégager encore plus de temps pour  écrire. J’espère aussi bénéficier d’un effet collatéral : l’augmentation du trafic sur mon blog.

D’ici la fin de l’année, j’espère garder un rythme de publication soutenu et je sais déjà que le mois de novembre me réserve un double défi : réussir mon NaNoWriMo et continuer de bloguer.

24 days into my summer writing challenge.

(I’m french and english isn’t my natural language. Please excuse my mistakes, typos and bloopers, I’m really trying to nail english better)

Since July 9th, I publish a 100word story every night around 10 pm CET. It’s an original answer to Worpress Dailypost’s prompts and I intend to keep on going until the end of August. It’s a challenge I volontarily took and I intend to fullfill it to the end.

Why such a challenge ?

Write all summer long, everyday and stick to it.

For what concerns me, being obliged to publish on a daily basis is ideal for my motivation. Despite cold sweats ans sheer panic moments, my readers keep me going on, the people who showed support since the beginnig of this adventure too. I cannot let them down, I cannot let myself own neither.

Holidays spice things up : travel, family time, tribulations and unreliable network coverage.

Is it going well ?

Since I left fro the holidays, things have been going pretty well  but I have been obliged to make choices and try not to chase all the fun opportunities that came my way. This year, I havn’t been to the beach bar nor attended any music festival.

I face the polite curiosity of my family. No one dares aking any question but I feel gazes on my back each time I grab my laptop and go to work outside. Indeed, I currently spend time in the country, in a place where the internet hasn’t arrived yet. I have to use my phone as a modem and it only works outside.

Each day is a new challenge, a small miracle, an incessant pursuit of inspiration, a leap of faith from the top of a cliff. Scarces are the days when I am satisfied of what I have written and sometimes I despise my owns words. But, because of my challenge, I publish them. This forces me to lock away my intern editor and grant him a smaller power.

And sometimes a small wonder happens : people actually like my black ducks.

Of course, sheer panic moments are regulars on my writing journey. My internet and NaNoWriMo friends did help me find my way back to inspiration. I would’nt have achieve so much without them.

I have tried to adapt to the international nature of my readership by publishing stories in french and stories in english. I also illustrate my adventure with pictures. I noticed they tend to attract people who would’nt have clicked  on my stories.

I enrolled in blogging 101 hoping to enhance my blog and also make more time to write. I also hope to enjoy a collateral effect : traffic increase.

Till the end of the year, I hope I’ll manage to keep a good posting rythm but I already know november will offer a double challenge : keep blogging and win NaNoWriMo.

3 réflexions sur “ Bilan à presque mi-parcours de mon défi d’écriture (summer challenge) ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s