Writing 201 : Water

Cet article est une réponse au post du jour de Writing 201.

Il fallait écrire sur le thème de l’eau sous forme d’un haiku et en utilisant une métaphore.

Le challenge n’était pas de toute évidence pour moi , car je n’écris jamais de poésie.

J’ai écrit ma réponse en anglais et je l’ai inscrite  dans l’univers de mon NaNo 2014.

Sans plus attendre la voici :

Titre : Gia’s Motion Capture

Blood on my hand red

Like a rubis shining away

The lake swallows it

 

Vaincre la page blanche : j’ai essayé la fanfiction

Le contexte

Je galère avec mon NaNo 2014, je galère dans la phase de réécriture. Quelque chose que je n’arrive pas à identifier me bloque. Alors, au lieu de rester sans écrire, j’ai donc, sur les conseils de mlle Louise, décidé de me lancer dans l’écriture de la fanfiction.

J’avoue que je n’avais aucune opinion établie jusque là. J’ai bien sûr entendu et lu des opinions très négatives à ce sujet, des vertes et des pas mûres et je me ne remets toujours pas de ce texte sur Justin Bieber. Cependant, Sherlock et House MD ne sont-elles pas elles-mêmes des fanfictions ?

 

Donc, je me suis lancée

J’ai jeté mon dévolu sur l’univers de Veronica Mars, que je connais bien et que j’apprécie particulièrement. J’écris en anglais avec des scènes courtes pour respecter le format original de la série.

Au premier abord, l’exercice n’est pas aisé mais il s’avère rapidement libérateur.

 

En effet, mettre en scène des personnages qui ne sont pas les miens n’est pas une chose facile pour moi. Mais mettre en scène des personnages que je connais déjà très bien et qui se sont pas les miens recèle un potentiel d’amusement sans frais inégalable à mes yeux.

 

 

La fan fiction présente beaucoup d’avantages pour un auteur en panne d’inspiration :

 

  • moins de travail de conception

Le travail de conception d’un univers peut être complétement paralysant pour certaines personnes. Elles peuvent aussi se perdre dans les détails de la conception et oublier l’objectif premier, celui d’écrire une histoire. Dans le cadre de la fan fiction, le ou les auteurs de l’oeuvre originale ont déja rendu leur copie. L’univers, ses règles, ses institutions, sa gouvernance, ses méchants, ses gentils, tout existe déjà. Et puisque vous envisagez d’écrire dans un domaine particulier (un fandom) tous ces détails vous sont déjà familiers. Il ne vous reste plus qu’à écrire votre histoire. Oui, c’est à la fois effrayant et excitant, mais ce sont des effets bien connus de l’écriture en général.

 

  • moins de pression, plus de plaisir

Ce point est peut être le plus personnel de tous. Lorsque j’écris, j’essaie toujours de présenter mes personnages de la meilleure façon possible. Leur existence ne dépend que de moi. Lorsqu’un auteur écrit de la fanfiction, il travaille avec un ou plusieurs personnages qui bénéficient déjà de leur propre existence et dont la survie ne dépend pas entièrement de ce que va écrire le dit auteur. Une bonne dose de pression est ôtée des épaules, c’est un peu comme jouer aux Sims par écrit, cela permet de retrouver un peu de fun.

 

  • un moyen de continuer d’écrire lorsque la machine est grippée sur les fictions originales

Parfois, le meilleur moyen de retrouver de la motivation pour travailler sur un projet est tout simplement de travailler sur un autre et de réouvrir le robinet de l’imagination puis celui de l’écriture. le conseil n’est pas original mais considérer la fan-fiction comme un moyen de stimuler sa créativité générale peut tout à fait l’être. Ce qui compte avant tout, c’est d’écrire.

 

  • un moyen d’affûter ses outils littéraires.

Délivré de la responsabilité de créer un univers de  A à Z, il est plus facile de se concentrer sur sa technique de dialogue, sur les descriptions, sur le rythme, le thème… De mon côté, je travaille les descriptions et les dialogues dynamiques (décrire les mouvements et l’attitude des personnages pendant leurs échanges).

 

Le résultat de mes premières tribulations dans le monde de la fan fiction est intitulé Double Target. Il a été relu et commenté par Mlle Louise (lien). Je l’ai posté sur le site communautaire Archive of our Own le 3 février, il a été lu 464 fois depuis et a reçu 17 kudos.

Je l’ai ensuite affiné suite au commentaire d’un des lecteurs.