CampNanoWrimo 2014, c’est reparti pour un tour

Le mois d’avril approche et le NaNoWrimo fait doucement son retour dans mon univers sous la forme du CampNaNoWriMo, son petit frère du milieu d’année, celui qui est là pour nous aider à continuer d’écrire en attendant le rush d’adrénaline, de caféine et de théobromine  du mois de novembre.

Qu’est-ce que le Camp NaNoWriMo ?

Le nom du camp fait référence au colonies de vacances américaines/camping souvent nommées camp truc ou camp machin (celui-ci par exemple). Cette référence était d’autant plus pertinente en 2011 lorsque le CampNaNo a été lancé car il se déroulait sur le mois de juillet puis sur le mois d’août. Il a depuis été déplacé sur les mois d’avril et de juillet pour des raisons d’organisations.

Ce que j’aime dans le Camp, c’est la possibilité de choisir son objectif, de le calibrer en fonction de son projet (si vous êtes du côté planner de la force comme moi) et de son emploi du temps.

Ce que j’aime également dans le Camp, c’est le fait que les participants sont groupés en cabins (une sorte de hutte, la métaphore de la colonie de vacances américaines est filée jusqu’au bout). Il est possible de demander d’être dans la même cabin que d’autres campers ou de laisser faire le hasard. J’aime les deux solutions. Concrètement, les cabins sont des minis forum privés de 4 à 6 personnes.

Mon projet

Cette année, j’ai choisi de me fixer un objectif raisonnable que je pourrais atteindre relativement facilement 20 k. Je reprends un des personnages de mon NaNo 2013 : Andrew. J’ai envie d’explorer sa folle jeunesse, ses voyages, son penchant pour la fête et la décadence et son choix de tout laisser tomber en pleine gloire pour s’occuper du dernier membre vivant de sa famille.

Le grand défi de ce CampNaNoWrimo est de faire tenir tous les événements auxquels je pense dans 20 000 mots sans tomber dans le résumé narratif. J’ai envie d’un véritable tourbillon qui reflètera le fait qu’Andrew s’est littéralement jeté dans le vide pour son plus grand bonheur, qu’il a saisi toutes les opportunités qui s’offraient à lui sans crainte ni réflexion.

J’ai hâte de me retrouver portée par son histoire et je trépigne de ne pouvoir commencer à écrire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s